En 1968, vous traversez l’Atlantique en solitaire pour la première fois. (OSTAR Plymouth-Newport)
- En 1972, vous êtes seul à la barre d’un trois mats, long de 39 m l’inoubliable “VENDREDI 13″
- En 1976, toujours seul dans la tempête vous disloquez “KRITER III”au beau milieu de l’océan.
- En 1990, vous décidez d’abandonner la course à l’issue de la première édition du Vendée Globe.
- Nous sommes en 2009, vous êtes toujours sur l’eau et vous militez pour la protection des océans…

En quarante ans de navigation, j’ai eu le triste privilège d’être le témoin d’une sérieuse dégradation de nos océans. A la surface, même au large, on trouve de tout, mais le plus grave est invisible.
Nos fleuves déversent dans les océans un tas de saloperies qui n’existaient pas dans la nature. Le plancton absorbe ces molécules dangereuses, on les retrouve intactes dans le gras des cétacés. La chaîne alimentaire est contaminée par des produits qui ne disparaîtront sans doute jamais. Il me semble, entre autre, qu’il est urgent de savoir si on veut manger du poisson ou du poison.

 

Vous êtes le capitaine du Navire Ambassadeur du WWF. C’est une nouvelle aventure pour vous !
Il y a tout juste un an, les membres du conseil d’administration du WWF, sous la toute nouvelle présidence de Claude DUMONT, ont accepté la proposition faite à Serge ORRU, sachant que les scientifiques en charge des programmes de protection de la biodiversité marine avaient besoin d’une base logistique. La fonction de Navire Ambassadeur fut évidente dès l’instant où les logos furent apposés sur ce bateau “pas comme les autres”. Au cours de l’été, “WWF Columbus” a été ouvert au public à Porquerolles, Port Cros, Hyères, Les Embiez, Marseille, Nice, Gibraltar, Brest, Groix, La Rochelle, Barcelone, Cannes, Toulon, Calvi, La Ciotat. La suite de cette belle histoire
est désormais programmée sur trois années aux cours desquelles j’aurai la satisfaction de naviguer utile.

 

Parlez-nous de ce bateau “pas comme les autres”, comme vous dites.
Longueur 18,30 m. Largeur 5,80 m. pour la simple et bonne raison que sa coque n’est autre que celle de l’Open 60 “UAP pour MSF” qui m’a permis de terminer 3ème du
BOC Challenge 86-87 derrière Philippe Jeantot & Titouan Lamazou. Cette super course autour du monde en solitaire en quatre étapes partait de Newport, escale d’un mois à CapTown, idem à Sydney, idem à Rio et retour à Newport : Génial…
Dès les années 90, les Open 60 destinés à la course au large ont été construits en carbone / époxy La solide coque jaune de “UAP pour MSF” faite en verre / polyester
était désormais trop lourde pour prétendre à de quelconques résultats. J’ai donc décidé d’utiliser ce solide châssis abandonné depuis trop longtemps sur le plateau nautique de La Rochelle pour faire un vrai bateau de travail avec une timonerie pour naviguer au chaud et un beau bar comme sur les yachts des milliardaires le tout homologué marine marchande et tout et tout. Je l’ai nommé ” Columbus “. Dans sa nouvelle
configuration, ce navire permet d’accueillir 18 personnes en navigation côtière et une quarantaine de visiteurs lorsqu’il est à quai. Des toiles verticales nous permettent de transformer en quelques minutes la partie du pont, qui est couverte, en bureau pour les scientifiques ou en salle de projection pour les enfants. A l’intérieur c’est plutôt dans le style loft : 9 couchettes dont une double…

 

“UAP pour MSF” c’était un curieux nom pour un bateau de course !
UAP c’était la compagnie d’assurance qui avait financé la construction du bateau et qui permettait à la toute jeune association “Médecins sans frontières” de profiter des retombées médiatiques, générées par l’événement sportif, pour diffuser un message clair s’adressant aux donateurs potentiels.

 

Vous aviez inventé le moyen de courir, au profit d’une grande cause, grâce à un sponsor…
Oui, à l’époque ce type de démarche était novateur, de nos jours c’est complètement banal. Mais maintenant avec le WWF, je navigue pour la survie de l’humanité !
Alors là, dites donc, si ce n’est pas une grande cause comme vous dites, je m’excuse…
Quoi qu’il en soit, je suis très heureux que “Columbus” soit devenu “WWF Columbus”.
Avoir le privilège, de porter un panda géant dans mes voiles me comble de bonheur.

 

En moins d’un an, “WWF Columbus” a accueilli à son bord près de 4000 personnes.
Le blog dédié au suivi des missions, a dores et déjà drainé 191 000 visiteurs. C’est bien…
Cela prouve simplement qu’un joli petit bateau peut être un bon outil de communication.

 

Jean Yves Terlain, un souhait, un espoir, un rêve?
Que toutes les aires marines protégées de la planète s’étalent pour ne plus faire qu’une et qu’en signe de victoire…l’Armada Bleue navigue à jamais sur des mers cristallines. Et toc!

Ajouter votre commentaire

Votre commentaire

Attention : La modération est activée et peut retarder la publication de votre commentaire. Il n'est pas nécessaire de renvoyer votre commentaire.