Pour la première fois cette année les portes du Golfe du Lion s’ouvrent en grand, alors que nous achevons notre sixième semaine de mission pour 2011, ce qui en dit long sur la météo locale. C’est une invitation qui ne se refuse pas. Nous avons encore en mémoire la journée mémorable de l’an dernier avec ses 15 cachalots et ses globicéphales, et cette incroyable « marguerite » de 10 cachalots agitant la mer de leur affectueuse mêlée.

L’exceptionnel n’ayant pas vocation à se reproduire chaque année, les cachalots nous font faux bond mais les Rorquals sont au RDV. Qui se plaindrait ?

Ce qui est tout aussi exceptionnel c’est cette semaine de calme plat qui renouvelle chaque matin et chaque soir sa palette de couleur, qui nous étonne chaque jour par ses surprises.

Cette semaine exceptionnelle, nous avons la chance d’en profiter avec deux artistes à bord (en plus des permanents) : Yvan qui croque les moments de vie du bord de son crayon magique, et Anna qui les capte en numérique. De quoi partager plus largement ces moments au-delà de nos mémoires privilégiées.

Denis à bord de WWF columbus

Soir magique à bord du pneumatique

Ciels incendiés de Méditerranée

Yvan, dessinateur, artiste peintre, croque les instants, saisi les moments.

Anna filme …

Fred photographie …

Ah oui j’oubliais, il fête aussi ses 70 biopsies aujourd’hui !

Pas de commentaire »

18  août
Jeudi 18 août 2011 - Une journée parfaite au large

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Le beau temps se poursuit et la Méditerranée nous fait oublier tous les petits coups fourrés météorologiques qu’elle nous fait subir.

Première biopsie expédiée en 15 minutes, douche comprise ! La seconde sur le même rythme. La troisième est étrange. Elle ne souffle pas et nous fait tourner en bourrique tout l’après-midi.

Nous trouvons notre 4° message en bouteille de l’année : un record !.

Le soir est un feu d’artifice de couleurs flamboyantes. Le ciel déplie une palette qui va de l’or au pourpre, la mer, méconnaissable, se noie dans les ocres. et nous au milieu, silencieux, nous nous imprégnons de ce bonheur en prévisions des longs mois d’hiver.

Denis à bord de WWF columbus

Au large chaque objet flottant devient un oasis. Tout fait île et une palette, une palme ou une bouée abandonnées sont vite colonisées par des robinsons qui se nomment Rouffe des épaves ou mérou Cernier.


Pas de commentaire »

Début de journée sur une mer d’huile toujours au large du Cap Corse à proximité d’un haut fond. 1700m sur des fonds avoisinants de 2300m. Un beau dénivelé de 600m qui entraîne souvent des remontées de masse d’eau froide et donc de la vie ! Et effectivement, de la vie, il doit y en avoir. Je dis bien, dois, car nous, nous n’avons rien vu hormis quelques dauphins voyageurs. Mais les pêcheurs semblent affectionner ces zones car nous croisons des bouées indiquant des palangres un peu partout autour de nous.

And at the end, an animal seems to appear in the horizon : we change cap and, that’s it, one relaxed and friendly plastic dolphin comes to meet us !

Note intra de Anna, catalane mais anglophone à bord

Bilan de la journée : Aucune baleine, ni cachalot malgré de nombreuses écoutes répétées. Par contre, quelques belles rencontres avec des tortues et quelques thons le tout au large de la Corse sur une mer d’huile. Le moral des troupes reste au beau fixe et nous conclurons cette journée avec une tartiflette et un gros gros gâteau au chocolat et noix recouvert d’un nappage au chocolat (suggestion de Denis !!).

Fabienne à bord de WWF columbus

Certainement que les enfants sont contents pendant quelques minutes, mais si vous saviez le nombre de ces trucs que nous trouvons au large et qui nuisent pendant des années !

Le toit reste le meilleur poste d’observation, surtout au soleil couchant.

Petit matin humide…

Pas de commentaire »

16  août
Mardi 16 août 2011 - Premier Zyphius

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Début de journée fort prometteur avec une météo plus que clémente. Un groupe de globicéphales est observé vers 9h. Après quelques temps passés à leurs côtés, nous constatons que le groupe est composé de trois femelles, deux très gros mâles, trois jeunes et trois nouveaux-nés. Les nouveaux-nés chez cette espèce sont particulièrement curieux et viennent très rapidement à proximité du WWF columbus. Ce qui est assez amusant à voir, c’est le comportement de la mère qui suit gentiment son petit pour le ramener dans « le droit chemin » et l’écarter doucement mais sûrement (voir fermement) de l’étrave du bateau. Et tant que nous restons près des animaux, le manège se répète. Les bébés viennent vers nous, les mères les récupèrent tandis que les gros mâles restent éloignés gardant un œil la plupart du temps bienveillant sur tout ce petit monde.

Une belle surprise aujourd’hui, brève mais unique : deux Ziphius ou plus communément appelés Baleine à Bec de Cuvier ont brièvement été aperçus. N’en ayant jamais vu, nous nous plongeons dans notre guide d’identification afin d’en savoir un peu plus sur cette espèce rare et discrète, qu’évidemment nous ne reverrons pas ! Selon notre livre, les baleines à bec sont très rarement observées et certaines des 18 espèces recensées dans le monde n’ont jamais été observées en entier. La baleine à bec de Cuvier est l’espèce de baleine à bec la plus fréquemment rencontrées. C’est un animal mesurant 7,5 mètre de longueur qui se nourrit de calmars et que l’on croise surtout à proximité des côtes italiennes en Méditerranée. C’est donc pour cela, après de longues minutes de discussion, que nous nous accordons sur l’observation : nous ne les revoyons pas, la nageoire dorsale était très petite et très en arrière du dos, et nous sommes dans les eaux italiennes : des Ziphius cavirostris !

Deuxième surprise de la journée, une eau qui est passée en l’espace d’une dizaine de minutes de 23-24° à 27° !!! Une petite pause s’impose !

Fabienne à bord de WWF columbus

Point de vue de Globi

Pas de commentaire »

15  août
Lundi 15 août 2011 - Sainte Marie

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Reprise des observations avec un nouvel équipage à bord.

Cette semaine, Anna, fidèle au poste pour la seconde semaine consécutive qui va profiter de ce temps pour continuer à filmer la mission. Eric, qui travaille à l’Institut Océanographique Paul Ricard, Ronan, collègue de Thierry notre généticien du CIRAD, et enfin Yvan, dessinateur professionnel compléteront cette équipe.

La semaine commence tambour battant avec plusieurs baleines rencontrées et biopsiées malgré une météo peu favorable. L’après-midi se déroule également au mieux, avec trois cachalots observés puis longuement attendus à l’hydrophone. Deux d’entres eux seront rapidement biopsiés grâce à la dextérité de Fred.

Fabienne à bord de WWF columbus

Anna filme

Yvan dessine

Eric observe

Fabienne aussi

Pas de commentaire »

13  août
Samedi 13 août 2011 - Le Whale Watching

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Une grosse journée aujourd’hui qui se termine à 21h30 avec 3 biopsies de baleines et 7 de globicéphales.

Mais c’est la rencontre avec les whale-watchers qui fait l’info du jour Trois bateaux qui se succèdent sur le groupe de Globicéphales que nous essayons de biopsier. Les deux premiers ne feront que passer avec leur centaine de passager, mais le troisième « Annett » largue à 6 reprises ses palanquées de plongeurs sur les globicéphales et refuse avec insistance de répondre à nos appels sur canal 16, jusqu’à ce que nous lui signalions qu’il ne fallait pas exagérer. S’ensuit une petite discussion par VHF qui montre que nous n’avons pas la même conception de l’observations des cétacés.

Fin de journée avec le spectacle magnifique de la lune et du soleil qui se croisent, chacun d’un côté du ciel, et les dauphins qui sautent de joie pour animer la scène.

Equipage épuisé mais happy !! :D

Fabienne à bord de WWF columbus

Le Whale Watching

La rencontre avec les cétacés est un moment fort, nous sommes bien placés pour le reconnaître, et il est légitime que chacun puisse profiter des ces émotions. Mais l’activité, selon comment elle est pratiquée, n’est pas sans conséquence sur les animaux. Un code de bonne conduite qui recommande vitesse et angle d’approche, durée de l’observation, etc a été élaboré par les gestionnaires du sanctuaire Pelagos (disponible ici http://www.sanctuaire-pelagos.org/admin/medias/docs/code-bonne-conduite.pdf) et diffusé auprès des opérateurs de whale watching. Des formations ont même été organisées pour promouvoir l’application de ce code et améliorer la qualité des informations et des messages diffusés par les opérateurs auprès de leur clientèle.

Se mettre à l’eau avec les animaux va formellement à l’encontre du code de bonne conduite du Whale Watching mis en place par le sanctuaire Pelagos. A ce niveau d’insistance cela pourrait être considéré comme du harcèlement d’espèces protégées, ce qui est une infraction à la loi. C’est également irresponsable et dangereux. Les globicéphales sont des animaux sauvages dont les comportements et les réactions ne sont pas prévisibles, même si elles sont généralement « amicales » (je mets volontairement les guillemets) et motivées par la curiosité et l’esprit grégaire.

Les règles de bonne conduite ne sont aujourd’hui que des recommandations et il y a peu de force de police présente sur le lieu de l’activité, c’est donc aux consommateurs de faire le bon choix. Mon conseil : évitez Annett qui n’en est pas à son coup d’essai et qui fait courir beaucoup de risques à ses clients.

A priori ceux-là font du bon boulot : CHANTELAVIE ; AU GRÉ DU VENT (BATEAU LE DON DU VENT) ; BALEINES ET DAUPHINS SANS FRONTIERE (BDSF) ; CETUS ; SOS GRAND BLEU ; REGARD DU VIVANT

Pour plus d’informations :

- Cet article de notre collègue et ami Pascal Mayol de l’association Souffleurs d’Ecume : http://www.souffleursdecume.com/docs/Nage_oceans.pdf

- Un rapport sur la question du Whale Watching dans le sanctuaire Pelagos : http://www.sanctuaire-pelagos.org/activites-humaines/rapport.php

Denis à bord de WWF columbus

Whale watching : observation respectueuse ou pratiques intrusives et nuisibles, cherchez l’erreur !

Le globicéphale est curieux de ce qu’il y a au dessus de la surface.

Coquet ce petit gilet blanc.

Pas de commentaire »

Même s’il y échappe à un jour près, ce vendredi aurait mérité un 13. Malchance et désillusion après la belle journée d’hier. La mer s’est formée sous l’action d’un petit vent de sud-ouest qui s’est levé pendant la nuit. Nous attrapons malgré tout le souffle d’une baleine au milieu des embruns. Dans ces conditions changement de méthode : inutile de lancer le pneumatique à l’assaut du clapot. Mieux vaut profiter du confort et du point de vue plus élevé du WWF columbus le plus longtemps possible, tenter d’anticiper les déplacements de l’animal et embarquer sur le pneumatique au dernier moment, si possible en ayant la mer à descendre plutôt qu’à remonter. Telle est la théorie. La pratique se solde par un échec, la baleine disparaît. Inutile de poursuivre. En début d’après-midi nous remontons nous abriter à Saint-Jean Cap Ferrat jusqu’à demain.

Nous mouillons au milieu des yacht de luxe dans une ambiance « foire à la saucisse » version luxe. Au milieu des bateaux, dont le plus modeste doit frôler les 100 millions d’euros, circulent dans le plus grand désordre : très classique, le petit bateau à moteur vernis de frais et son skieur nautique sur deux pieds ; plus moderne, une élégante jeune femme surfe sur la vague de la vedette sportive qui la tracte à quelques mètres à peine sur l’arrière ; plus sportif, le wakeboarder saute comme un petit zébulon en traversant le sillage ; plus bruyant, le jet ski se prend pour Luc Skywalker version « Waterworld » et enfin, surplombant le tout, le parachute ascensionnel accroche une touche coloré dans un ciel probablement trop inoccupé. Tout cela me fait penser à une illustration du bord de mer, savamment composée, dans le style de « Martine va à la plage ». C’est quand même chouette d’être riche !

Denis à bord de WWF columbus

Dauphin à l’étrave juste avant d’arriver au milieu de la foire estivale.

Les Goélands sont parfaitement adaptés à l’homme : toujours à quémander ou à chaparder quelque chose à engloutir sur les lieux de mouillage les plus fréquentés.

Au secours !

Pas de commentaire »

11  août
Jeudi 11 août 2011 - Vive l’hydrophone

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Un cachalot nous surprend au petit déjeuner en soufflant juste à côté du bateau. Mais il est trop rapide à sonder pour nous permettre ce qui aurait été une très jolie opération : une biopsie de cachalot entre deux tartines, faut reconnaître, ça esquinte la modestie.

C’est le moment de sortir l’arme fatale de cette année : l’hydrophone directionnel à base de saladier IKEA. Un bricolage breveté Fred Bassemayousse qui aujourd’hui fait merveille : orientés par l’hydrophone nous faisons des petits bords avec le pneumatique pour nous rapprocher progressivement du point neutre, quand le son est égal dans toutes les directions. Bingo ! Le cachalot sort à une cinquantaine de mètre de nous. Tout le temps du monde pour faire une biopsie et nous placer pour la photo-identification de la caudale. L’ensemble est parfaitement réalisé.

En revanche un rorqual nous démontre s’il était besoin que quand ils ne veulent pas, rien à faire, ce n’est pas possible. Nous tentons une série d’essais mais ils ne nous laissent aucun espoir et nous renonçons.

J’ai oublié de vous dire : une super journée de calme, comme au mois d’août ! On sort même la table pour le dîner !

Denis à bord de WWF columbus

Petit zoom sur l’hydrophone que nous utilisons depuis cette année pour localiser les cachalots.

Cédric, casque, filtre et amplificateur. Une écoute non directionnelle depuis le WWF columbus pour identifier la présence d’un cachalot ou non.

Depuis le pneumatique la casserole permet de donner une direction aux sons que l’hydrophone reçoit.

Hydrophone et jumelles : tous les sens en alerte pour guetter le cachalot.

Que dire, il a du talent notre Fred !

Pas de commentaire »

10  août
Mercredi 10 août 2011 - Houlà là la houle !

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Départ au lever du jour avec un vent enfin apaisé. Entre les îles d’Hyères, où il y a peu d’eau à courir, la mer s’aplatit rapidement dès que le vent cesse. Mais au large une belle et plantureuse houle nous attend qui déroule ses amples ondulations comme un tapis sans fin. Sans faim comme certains estomacs du bord, pris à froid sans préparation et qui renâclent un peu. L’équipe se réduit peu à peu, mais nous trouvons malgré tout deux baleines dans l’après midi. Les deux biopsies sont assurées grâce à deux très jolis tirs de loin de Fred, et ce malgré les deux mètres de creux qui font varier l’angle de tir de la contre-plongée au surplomb. Deux biopsies dans la besace, pour un journée comme celle-ci, il faut pas se plaindre.

Denis à bord de WWF columbus

Nouvelle amélioration de l’année : le collecteur de feces (en français “crottes”) remplace l’épuisette. Breveté Fred B.

On ne s’en lasse pas :

Pas de commentaire »

09  août
Samedi 6 au Mardi 9 août 2011 - Série météo

Publié par WWF, Publié dans Carnet de bord

Le coup de vent d’ouest habituel, mais auquel nous avons du mal à nous habituer, nous cloue au mouillage en rade de Hyeres. Normalement en cette période Eole prend un bon mois de vacances - les statistiques météorologiques sont formelles sur ce point - mais cette année, crise oblige, c’est plan d’austérité et seulement quelques jours par ci par là !

Denis à bord de WWF columbus

Un cachalot facile à reconnaître !

Quelles drôles d’oreilles !

Dialogue de pieds

Pris à contre pieds…

Pieds atterrés.

Pas de commentaire »

« Articles précédents Articles suivants »